L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Les problématiques de l’emploi, de la paix et de la sécurité au menu du séminaire des jeunes de l’AFP

L’Alliance des Forces de Progrès a organisé, samedi, un séminaire pour les jeunes « progressistes ». Le secrétaire général de l’AFP, Moustapha Niass, qui a assisté à la rencontre est revenu sur les problématiques de l’emploi, de la paix et de la sécurité. Il a confié un certain nombre de recommandations pour un avenir prometteur et une sauvegarde des valeurs. Il a également rassuré la jeunesse du soutien de l’Afp.

Le thème « La jeunesse en question« a réuni plusieurs cadres de l’Alliance des forces de Progrès avec la jeunesse progressiste. Il s’agit de la mise à niveau informationnelle des jeunes militants sur les problématiques de l’emploi, la paix et la sécurité.

 » Les jeunes de l’AFP notent que le Sénégal moderne est en marche et doit faire face à des impératifs catégoriques à l’avant-veille de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières obligé qu’il est par les réalités géopolitiques sous régionale » a déclaré Saliou Dione du Mouvement des jeunesses Progressistes.

« La jeunesse est une réalité qui peut être mal perçue. Cette étape de la vie interroge, ici et ailleurs, dans le temps et dans l’espace, parce qu’elle constitue un moment de rêves, d’espoirs, d’incertitudes, d’échecs, de renoncements, mais aussi d’accomplissements. D’où l’assimilation faite de la jeunesse à une « période de galère » et de souffrances multiples notamment pour ceux que la société peine à intégrer dans le monde du travail, parce que sortis précocement du système scolaire », a d’emblée fait savoir Moustapha Niasse.

Selon lui, le thème choisi par ces jeunes offre l’opportunité de discuter, entre eux, de la place, du rôle et des obligations liées à leur condition. Il considère que la solidarité familiale apparaît, dans ce pays, comme « le vecteur principal de prise en charge des jeunes en dépit des impacts positifs mais encore insuffisants des politiques publiques de soutien et d’aide à l’insertion par l’auto-emploi ou à l’autonomie initiées par l’État du Sénégal. D’ailleurs, poursuit-il, la substitution de l’État par la famille est notée partout dans le monde industrialisé, en Europe comme en Asie, avec un départ tardif des enfants de la maison familiale voire un « retour à la maison » après une expérience difficile de vie autonome. S’adressant aux jeunes, Moustapha Niasse estime qu’à l’aune de la place accordée au « Capital humain », le Plan Sénégal Émergent est bien inspiré.

« Nous savons, nous autres progressistes, que le développement doit traduire l’aspect structurel et qualitatif de la croissance et doit être associé à l’idée de progrès économique et social », ajoute le Président de l’Assemblée Nationale

Moustapha Niasse de rappeler aux jeunes que l’avenir se conjugue au présent avec les bonnes perspectives offertes par l’exploitation prochaine des ressources fossiles (Gaz et pétrole). Il s’agit dès-lors de répondre aux rendez-vous de la compétitivité de l’économie. « Concrètement, vous êtes interpellés, en tant que composante majoritaire de notre pays. Vous êtes aussi interpellés en tant que « statut social » partiellement ou entièrement dépendant d’autres personnes, généralement les adultes ou les membres de votre famille, du moins en ce qui concerne certains aspects matériels », confie-t-il aux jeunes tout en les invitant à se concentrer sur les défis qui interpellent le Sénégal comme la nouvelle conscience du service national qui doit concevoir qu’un « sortant » des Daara, fils (ou fille) de paysans, puisse être un capitaine d’industrie et qu’un fils (ou fille) de citadins, issu des classes supérieures, choisisse comme métier celui d’agriculteur. Mais aussi, conçoit Niasse, « il faut mettre fin aux discours biaisés qui tendent à expliquer l’échec personnel de certains jeunes à l’incurie des dirigeants. » En effet, c’est un discours souvent bâti dans l’invraisemblable selon Moustapha Niasse et qui se caractérise par des imprécations pour entraîner la désobéissance, les mouvements d’humeur, la violence, etc…

Il est important, selon le patron de l’Afp, pour les partis politiques, de remplir pleinement leurs missions de socialisation idéologique en lieu et place des idéologies d’importation qui leur parviennent par le biais des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication s’ajoutant à la vulnérabilité créée par l’abandon précoce du système scolaire.

DakarPress.sn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :