L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Elimane Kane, président LEGS-Africa : « Il faut revoir le mode de représentation, les élections ne font que créer des problèmes en Afrique »

Le président de LEGS -Africa Elimane Kane a déclaré, ce samedi à Dakar que le parrainage n’est qu’un simple moyen de recaler certains candidats lors des élections. Les élections ne font que créer des problèmes en Afrique, sur ce, il préconise de revoir le mode de représentation collé à notre histoire.

« Nous nous etions contre le parrainage il ne respecte pas légalité des citoyens car il y a une discrimination. Aujourd’hui même si le parrainage a été accepté, c’est comme si s’était pour empêcher des citoyens d’être candidats. Nous pensons que la meilleure façon de le faire c’est de laisser le système à l’appréciation des électeurs. Ce parrainage ne doit pas être exclusif sur la base d’un processus technique centralisé. La manière dont le parrainage est fait on ne sait même comment se passe le tri » a déclaré Elimane Kane, président de LEGS -Africa

Selon lui, les responsabilités sont partagées, il y a une impasse politique car tous les acteurs sont fautifs. En effet ce sont les acteurs politiques qui sur la base du dialogue politique ont accepté le parrainage et aujourd’hui ce sont eux qui n’ont pas respecté les régles. Pour avec ces turpitudes, les acteurs politiques veulent créer l’impasse. Il faudra respecter les citoyens sénégalais, certes ils observent, ils n’ont que leurs cartes et le jour de l’élection pour s’exprimer et choisir librement leur candidat. Il faut laisser le processus aller jusqu’au bout et les partis politiques de reconnaitre leurs erreurs, ils ont tous fautés.

Il s exprimait lors de l’assemblée générale ordinaire du Think-tank panafricain LEGS-Africa au tour du thème : « La refondation, une perspective pour une stabilité politique et institutionnelle en Afrique de l’Ouest » ?

« La question de la refondation qui est soulevée par les centres de recherche et les intellectuels depuis quelques années mais sur laquelle on arrive pas à aboutir à un schema qui permet véritablement d’en apporter l’alternative souhaitée. Le constat est qu’au Sénégal ce que nous vivons au plan de la démocratie électoraliste c’est l’impasse avec les législatives d’aujourd’hui, des situations inédites qui montrent finalement que l’on empêche l’expression de la voix populaire et mettre à égale chance tous les acteurs ».

Il souligne que la refondation va même jusqu’à remettre en cause le choix des élections comme moyen de représentation dans une démocratie qui dans le principe est que le pouvoir doit être géré par le peuple et pour le peuple. On constate des conflits permanents entre les citoyens et l’État sur tous les plans. On a un État marginal à notre société, un État qui ne prend en charge qu’une petite activité sur le plan économique, il ne prend que 3% le reste est entre les mains de l’informel, l’éducation et d’autres secteurs pareils ».

« Il faut revoir ce mode de représentation, les élections ne font que créer des problèmes en Afrique. Les élections, c’est des moments de tensions dramatiques avec des pertes en vie humaines. Pourquoi ne pas revenir à des modes de représentation beaucoup plus collés à notre histoire » conclut-il.

Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :