L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Ousmane Sonko sur les recours introduits: «On exige du Conseil constitutionnel que le droit soit dit»

En marge de la conférence de presse ce jour, vendredi 03 juin 2022, organisée par l’inter-coalition Yewwi/Wallu, en perspective des élections législatives du 31 juillet prochain, le leader de Pastef Les Patriotes s’est insurgé contre les acteurs et observateurs politiques qui appellent à la participation de l’ensemble des listes, dans le but de préserver la paix et la cohésion du pays. Ousmane Sonko se veut clair et catégorique.

«Nous de Yewwi Askan Wi, on n’est demandeur d’aucune compromission. Ce que nous demandons, c’est que le droit soit dit et uniquement le droit. Et le droit dit que Benno Bokk Yakaar ne doit pas participer à ces élections. Si c’est fait autrement, c’est qu’il y a compromission.

Et s’il y a compromission, c’est entre eux, le Conseil constitutionnel et le ministre de l’Intérieur qui pense être intelligent en faisant des manœuvres sur la liste de Yewwi pour que ce soit une porte de sortie pour le Conseil constitutionnel qui estimera bien de récupérer tous. On exige du Conseil constitutionnel que le droit soit dit », martèle le maire de Ziguinchor qui pense que le président du Conseil constitutionnel a déjà donné sa position sur cette affaire.

« Le président du Conseil constitutionnel a déjà annoncé la couleur. Eux qui se prononcent difficilement, s’il va jusqu’a accordé une interview, et de surcroit au niveau de leur quotidien, pour parler d’équilibre », trouve la tête de liste nationale de YAW.

«On donne date»

Abordant la question de la manifestation de Yewwi Askan Wi, initialement prévue pour ce vendredi 03 juin 2022, mais interdite par le préfet sous prétexte d’une autre demande antérieur de celle de YAW, Ousmane Sonko pense que ce sont des enfantillages, et qu’une telle forfaiture ne sera plus acceptée pour la manifestation reprogrammée pour le 08 juin prochain.

«Aujourd’hui, on devait tenir notre manifestation à la Place de la Nation. Les autorités nous l’ont refusé sous prétexte qu’il y avait certains qui avaient déposé avant nous. J’ai envoyé des jeunes aller voir ce qu’il y a à cette place. C’est un camion qui est garé là-bas avec moins de 5 personnes. C’est cela qu’ils appellent manifestation qui nous empêche de tenir notre manifestation ? Est-ce qu’on doit accepter que tels enfantillages continuent dans ce pays », s’insurge-t-il, non sans prévenir.

«On a été républicain cette fois-ci. Beaucoup de nos jeunes avaient demandé qu’on tiennent notre manifestation. On leur a opposé un niet. S’il plait à Dieu, mercredi prochain, à moins qu’il y ait une forte pluie qui nous empêche de tenir notre manifestation. On donne date », lance-t-il à qui veut l’entendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :