L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Droits humains au Sénégal : Vers la mise en place d’une coalition nationale des OSC sur l’examen périodique universel

La RADDHO, la Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH), ARTICLE 19 et la Coalition Nationale des Associations et ONG en faveur de l’Enfant (CONAFE) ont entamé, vendredi, à Dakar, un atelier de renforcement de capacités des Organisations de Société Civile sur l’Examen Périodique Universel (EPU). Cet atelier entre dans le cadre du projet « Synergie des organisations de la société civile sénégalaise pour la mise en œuvre des recommandations de l’Examen Périodique Universel (EPU) » qui vise à contribuer à la mise en œuvre des recommandations de l’Examen Périodique Universel (EPU) afin d’améliorer la situation des droits humains au Sénégal.

« Nous sommes là pour lancer une coalition nationale des organisations de la société civile sur l’examen périodique universel. Il s’agit aussi de voir comment on peut contribuer à la mise en œuvre de toutes nos recommandations qui viennent des autres organes de traité et de droits humains au niveau régional, africain et international. Cette coalition sera constituée par des organisations de la société civile qui s’activent dans les droits humains et qui veulent accompagner la mise en oeuvre du plan d’action qui a déjà été élaboré par l’État du Sénégal et adopté pour la mise en œuvre de toutes ces recommandations  » a déclaré Sadikh Niass, le secrétaire général de la Raddho.

Selon lui, former ces membres c’est les capacité à connaitre ces mécanismes. Il faut renforcer la capacité des organisations de la société civile sur les mécanismes de l’organisme périodique Universel.

« Toutes les matières de la vie sur les droits humains au Sénégal les droits de l’enfant, de la femme, des personnes handicapées, les migrants, les réfugiés ont fait l’objet de recommandations. Il s’agit de faire un suivi dans le cadre de ce plan d’action et les OSC ont un rôle à jouer pour contribuer dans la réalisation de cet objectif. Si celà est fait il ne va que renforcer la question des droits humains et de la démocratie au Sénégal » souligne-t-il.

S’agissant de l’EPU, il déclare que c’est un examen qui se passe tous les quatre ans et demi et qui concerne tous les pays du monde. Ils sont évalués des recommandations formulées pour améliorer la situation des droits humains. La prochaine revue c’est en 2023, et ça sera la quatrième. Le Sénégal est passé trois fois. Il y a 259 recommandations et le Sénégal en a accepté 229 maintenant il faut faire le suivi de ces recommandations qui ont été acceptées. La particularité de l’examen, l’État accepte des recommandations mais rejettent aussi d’autres qui ne répondent pas aux valeurs, objectifs, intérêts au niveau national.

Le directeur des droits humains au ministère de la justice Souley Diouf,
est revenu sur l’objet du conseil consultatif qui vise à améliorer la situation des droits humains et de la démocratie dans notre pays.

« L’objet du conseil consultatif est de travailler sur l’ensemble des recommandations aussi bien des Nations Unies que de l’Union Africaine. Il s’agit de travailler sur un plan d’action qui a été validé en 2021. Ces recommandations doivent être suivies et à la société civile de s’approprier. On à eu valider 229 recommandations sur les 259 ».

Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :