L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Querelle de succession: Après le décès de leur époux, elle fracture le bassin de sa coépouse

C’est le 12 mai prochain que le tribunal des flagrants délits de Diourbel va rendre son verdict dans l’affaire Awa Diagne poursuivie pour coups et blessures volontaires. Les faits ont eu lieu dans le département de Bambey.

Après le décès de leur époux, rapporte le quotidien L’AS dans sa parution de ce lundi, les deux coépouses Awa Diagne et Maty Diagne ont dû faire face à une succession extrêmement difficile.

Ne se supportant du tout, les deux coépouses ont étalé leurs différends lors de la cérémonie d’héritage. Il a fallu l’intervention des parents du défunt pour pousser les deux dames à se plier à la vérité des coutumes.

Mais, c’était sans compter avec l’animosité des deux coépouses qui, quelques jours après, se sont violemment affrontées. Le jour des faits, Maty Diagne ordonne à son fils Abdou Diagne de descendre ses poutres.

Alors que ce dernier s’exécute, Awa Diagne s’y oppose, indiquant que les poutres lui appartiennent. La dispute entre les deux dames débouche rapidement sur un violent affrontement.

Plus forte que son antagoniste, Awa Diagne renverse Maty Diagne qui, sous la violence du choc, se retrouve avec plusieurs fractures dont celle du bassin.

Maty Diagne porte plainte et Awa Diagne est aussitôt arrêtée et déférée devant le procureur de Diourbel qui l’envoie en prison.

Devant la barre vendredi, Awa Diagne a nié avoir eu la moindre altercation avec Maty Diagne et c’est plutôt avec son fils Abdou Diagne qu’elle a eu un différend parce que celui-ci le menaçait avec un gros marteau.

Quant au procureur de la République, il s’en est remis à la clairvoyance du tribunal. C’est ainsi que l’affaire a été mise en délibéré jusqu’au jeudi 12 mai prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :