L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Ansoumana Danfa: « Le chef de l’Etat n’acceptera aucune forme de chantage de la part de Barthélémy Dias »

Ansoumana Danfa et le Mac/Authentique se sont également invités dans le débat qui oppose les tenants du pouvoir au maire de la ville de Dakar qu’est Barthélemy Dias. En marge d’une visite qu’effectuaient à son domicile des membres de la communauté casamançaise établie aux Parcelles Assainies, pour lui assurer leur soutien, puisqu’étant investi par son parti le Mac/Authentique et la coalition «Dommi Rewmi» pour les législatives, Ansoumana Danfa, chargé de mission au niveau de la présidence de la République, dit que le chef de l’Etat n’acceptera aucune forme de pression ou de chantage de la part de l’actuel édile de la ville de Dakar.
 
Selon lui, Barthélemy Dias n’est pas le seul sénégalais à vouloir rencontrer le président de la République. Ni le seul à avoir introduit une demande d’audience. «Nous sommes 17 millions de Sénégalais et il y a 556 collectivités territoriales et la plupart des élus et bien d’autres Sénégalais ont écrit au président de la République pour être reçus. Pour parler de leurs localités respectives», tonne Ansoumana  Danfa. Avant d’ajouter que c’est la première fois dans l’histoire de ce pays qu’un maire d’une ville formule une demande d’audience et aussitôt après convoque «une conférence publique pour exercer une pression sur le Président».

«Barthélemy Dias est dans une logique politique comme il avait fait lors du Forum de l’eau tenu ici à Dakar. Ce sont des enfantillages. Il faut qu’il arrête», déclare, dépité, le patron du parti Mouvement pour l’action et la citoyenneté/Authentique. Le leader politique a profité de l’occasion pour demander à ses parents de la Casamance de voter aux législatives pour le compte de Benno Bokk Yakaar, parce que c’est la seule coalition qui vaille. Après les législatives, les gens assisteront à l’enterrement de Yewwi, parce qu’elle sera morte durant les investitures. Ou du moins, une bonne partie des formations politiques qui la composent vont quitter, promet Danfa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :