L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Grèves tous azimuts: Le secteur finalement plus malade que les malades (Par Aly Saleh)

Alors que l’affaire Astou Sokhna continue de défrayer la chronique, une autre dame du nom de Ramatoulaye Faye perd la vie à l’hôpital Fann dans, dit-t-on, les mêmes circonstances. La famille de cette dernière accuse le personnel médical et menace de le traîner devant la justice pour non assistance. Dans cette affaire survenue au Centre hospitalier de Fann, la belle famille de la victime, native de Fissel, dénonce une indifférence totale et un défaut de prise en charge des agents sanitaires de service.

Au même moment, les sages-femmes du Sénégal en soutien à leurs camarades de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga suspendus ont décidé d’abandonner les malades en observant une gréve. Une situation inconfortable qui a beaucoup handicapé les patientes de Louga habituellement suivies à la maternité tristement célébre, obligées de se rabattre vers l’hôpital régional de Saint Louis, qui pour accoucher, qui pour se faire assister. Le plus triste dans tout cela, la plupart d’entre elles ont parcouru plus de cent kilomètres pour donner la vie au risque de la perdre.

Qu’est ce qui pourrait expliquer la journée sans maternité? Rien du tout à mon avis !


La présidente honoraire de l’association des sages-femmes a bien raison de désapprouver l’attitude des ses camarades. Selon Mariéme Fall, celles qui exercent ne sont plus animées par l’amour et la passion du métier en assimilant à des vendeuses dans des épiceries et autres lieux de commerce. « Nous étions des femmes motivées à être des sages-femmes et on se disait qu’il fallait qu’on aide les femmes à acoucher, à avoir des enfants. Actuellement, il se pose un problème de débouchés pour beaucoup de femmes soutiens de famille et cela fait que de nos jours, on voit certaines attitudes que l’on ne devrait pas avoir, sans compter les écoles de formations qui pullulent comme des champignons et sans formation de qualité, on ne peut pas être compétent ».

Il saut savoir raison garder même si l’on sait que la place de la sage-femme n’est en prison…


Comme si cela suffisait pas, s’en sont mêlés les pharmaciens qui sont entrés dans la danse. Eux aussi, ont grincé les dents en fermant les officines durant 7 tours d’horloge.
Mais, on dit: « chaque chose qui arrive, a sa raison ». Certaines structures sanitaires sont dans un état de délabrement très avancé, d’autres sont très mal équipées avec des personnels médicaux laissés à eux même. C’est en fin de compte, le secteur de la santé qui a besoin de soins intenses et en urgence.

Pour la route, à méditer ces belles paroles du réalisateur camérounais Claye Edu : « l′oeuvre du juste est éternel, la marche du pêcheur, très courte. La vie est un très long voyage et la méchanceté ne paye pas. Un bienfait ne se perd jamais, car qui fait du mal à autrui le fait à lui même ».

Aly Saleh Journaliste/ Chroniqueur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :