L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Après les malversations présumées: Des virements frauduleux secouent PostFinances

Alors que se poursuit l’instruction de l’affaire de détournements de fonds qui vaut à certains de ses agents des poursuites judiciaires, La Poste vient d’être secouée par un nouveau scandale.

Celui-ci concerne des personnes extérieures à l’entreprise. Elles pompaient certains comptes pour en alimenter d’autres avant d’émettre des ordres de virements vers la banque UBA.

D’après Libération, qui donne l’information dans son édition de ce lundi, quatre individus ont été arrêtés et déférés au parquet à la suite de la plainte déposée par Postefinances. Il s’agit de Ousmane Diallo et des frères Dème, Abdoulaye, Mamoudou et Abdoul Wahab.

Ces derniers sont poursuivis pour association de malfaiteurs, accès et maintien illégal dans un système d’information, virements, retraits et tentatives de retraits frauduleux en espèces, escroquerie portant sur les deniers publics et complicité.

Vider des comptes pour en gonfler d’autres

Tout est parti d’un versement de 20 000 francs CFA effectué le 6 avril par Ousmane Diallo dans son compte nouvellement ouvert à Postefinances. Au lieu de se retrouver avec 19 500- les 500 francs CFA étant les frais liés à l’opération-, Diallo voit son solde passer à 11 millions 19 mille 500, soit 11 millions de plus.

Le 13, Ousmane Diallo se présente à l’agence Postefinances de Dakar-Plateau pour émettre trois ordres de virements de deux millions chacun vers son compte ouvert à UBA. Le lendemain, alors que l’opération n’était pas encore passée, la cellule information de Postefinances remarque l’anomalie.

Les vérifications effectuées par la suite révèlent que deux autres comptes ont été anormalement gonflés. L’un de 12 millions et l’autre, de 900 000.

Au même moment, les responsables de l’agence Postefinances Malick Sy remarquent que le solde des comptes de trois clients a fondu pour un montant global de 23 millions 900 mille, soit exactement le total des dépassements constatés dans les comptes anormalement crédités.

Le 15 avril, Ousmane Diallo se présente à l’agence Malick Sy pour effectuer un retrait. Le chef d’agence alerte sa hiérarchie. Il lui est demandé de faire patienter le client suspect en attendant l’arrivée de la police. Parallèlement, toutes les opérations demandées par ce dernier sont bloquées et tous les agents de Postefinances sont priés de signaler toute transaction douteuse.

C’est ainsi que le directeur général par intérim de Postefinances, Abdou Aziz Diallo, a saisi la Sureté urbaine. Arrêté, Ousmane Diallo confie aux policiers que c’est un certain Abdoulaye Dème qui lui a demandé d’ouvrir le compte qui porte son nom à Postefinances.

Un As de l’information

Ce dernier, renseigne Libération, est doué en informatique. Il aurait réussi à s’introduire dans le système de La Poste pour effectuer les opérations douteuses; lesquelles auraient permis de débiter certains comptes pour en alimenter d’autres. Il revenait ensuite à Ousmane Diallo, contre une «commission» de 500 000 francs CFA, de faire virer les sommes volées dans un compte à UBA.

Deux frères de Abdoulaye Dème seraient dans le coup. Il s’agit de Mamoudou et de Abdoul Wahab. Ces derniers seront à leur tour arrêtés.

D’après Ousmane Diallo, les frères Dème lui ont fait savoir que les fonds qu’il manipulait en leurs noms étaient pour leur oncle basé en France. Ce dernier, lui aurait-t-on dit, voulait rapatrier l’argent au Sénégal.

Face aux policiers, Abdoulaye Dème a pour sa part soutenu que l’argent appartient à un certain Mountaga, un ami de son frère Mamoudou.

Abdou Wahab de son côté avancera le nom de Oumar Dème comme étant l’expéditeur des fonds.

Face à ses déclarations contradictoires, le trio et Ousmane Diallo ont été déférés au parquet. La direction de Postefinances a déposé d’autres plaintes puisqu’elle a décelé d’autres cas de fraude avec le même mode opératoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :