L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir



Festival Blues Podor: Baba Maal dévoile les 4 «prochaines étoiles de la musique sénégalaise»

«Etre fidèle à moi-même signifie être fidèle à ma propre originalité qui est quelque chose que moi seul puisse énoncer et découvrir ». Cette fierté de faire découvrir son identité culturelle rappelée par Charles Taylor a justement motivé l’artiste compositeur Baba Maal à faire de Podor, un passage obligé pour tous les acteurs et passionnés de la culture.

Cet évènement riche en couleurs a été placé sous le signe de l’harmonie sociale pour le vivre ensemble dans l’unité et la convivialité. Elevé à cette occasion ambassadeur du Puma pour le repeuplement du fleuve Sénégal, Baba  est arrivé à bord d’une pirogue tenant à sa main droite un poisson, une manière d’affirmer son ancrage à la classe des Cuballo, les pêcheurs maitres du fleuve.

Comme les années précédentes, la quatorzième édition du festival Blues du fleuve qui s’est déroulé du 10 au 12 décembre au quai du fleuve, a servi de trait d’union entre plusieurs cultures qui ont eu à s’afficher lors de ces trois jours de festivités. Des sonorités rythmiques alliant à la fois tradition et modernité, des spectacles son et lumières, danse, chorégraphie envoutante, carnaval, concert, balance instrumentale symphonique, prestation théâtrale, entre autres activités ont été réservées aux milliers d’hôtes qui ont fait le déplacement dans le Fouta. 

Ce rendez-vous incontournable dans le calendrier culturel sénégalais a aussi une occasion pour le lead vocal du Dande Leñol de dévoiler selon ses termes « les prochaines étoiles de la musique sénégalaise ». Il s’agit de quatre jeunes musiciens dénichés par Sunu Talents, un concept initié par le centre Goethe Institut. Une rude compétition s’en est suivie avec la présélection d’une cinquantaine de jeunes sur trois-cent postulants.

Ces derniers ont été accompagnés à travers l’octroi d’une bourse financière pour la réalisation d’un clip dans une maison de production. Après le visionnage des produits et prenant en considération l’authenticité et les spécifiés culturelles des zones et communautés représentées, ledit comité a retenu quatre d’entre eux. Oumar Fouta, LPS, Thié L’Esprit et PB Style ont donc eu la chance de faire une belle prestation sur scène le deuxième jour, au plus grand bonheur des festivaliers.

Oumar Fouta, un Baba Maal en devenir…

Vêtu d’un grand boubou traditionnel bleu et d’un « tingandé », bonnet qui trouve ses racines à Halwar dans le nord du Fouta, Oumar Djiby Kénémé alias Oumar Fouta a trouvé la bonne formule pour tenir les spectateurs en haleine. Grâce à sa subtilité à manier délicatement la guitare, le foutanké s’est illustré de la plus belle des manières au Quai du fleuve Sénégal. Finaliste à S’en petit Gallé en 2017, le natif de Doumga Lao attire l’attention des plus avertis de la sphère musicale qui garde un œil sur lui. 

C’est cette expérience avec Prince Art qui l’a mis sous les projecteurs et a constitué le déclic à s’engager à fond sur cet instrument à cordes. Ses notes musicales sont le corolaire d’une plongée dans les œuvres d’anciens artistes de sa région avec la particularité d’y apposer une touche folklorique en rapport avec la culture Torodo, de l’acoustique et de l’afrobeat. Son objectif est d’avoir une carrière aussi reluisante que son idole Baba Maal qu’il a vu fondre en larmes en 2015 lorsqu’il reprenait sa chanson intitulé Baayo.

LPS Boy Thianaff, la promotion la culture balante par la musique

S’il y a quelqu’un qui a été éprouvé lors du festival Blues du fleuve, c’est bien Louis Pasteur Sadio alias LPS. Très à l’aise avec le style musical engagé et dynamique, le « pasteur » devait s’adapter comme tous les prétendants au trophée Sunu Talents ; exécuter comme un pro une œuvre musicale en compagnie de musiciens instrumentistes aguerris. Un défi qu’il a pu relever grâce à la richesse de la culture Balante, et ce malgré son fort penchant pour le Rap.   

Cet originaire de Thianaff Sadop ne rêve que d’une seule chose : repartir sur de bonnes bases dans la musique traditionnelle balante. « Depuis mon tendre enfance, mon père me disait toujours de ne jamais oublier d’où je venais, mes origines, mes traditions. C’est la raison pour laquelle ma musique est un mixage linguistique dont le 1er couplet est à chaque fois exécuté en Balante ».

PB Style, une passion effrénée pour le Rap

Entre Lansana Sané et le Rap, c’est une véritable preuve d’amour qui a démarré à l’orée de l’adolescence de ce natif de Bignona. Cette passion l’a poussé à créer en 2013 avec sa sœur Eva Crazy le groupe EV-PB. Une étape cruciale dans sa carrière d’artiste qui l’a propulsé dans la partie sud du pays, et en terre gambienne où il a participé à plusieurs évènements du mouvement Hip Hop.

Sur scène, PB Style n’a aucun complexe et dégage un style particulier qui rime avec les rituels en basse Casamance. A travers sa musique, Lansana développe des thèmes adaptés au contexte de sa région tels que les pratiques coutumières à Ziguinchor, la circoncision, les rites du bois sacré et autres usages.

Thié L’Esprit, le ‘’Socrate’’ de Thiès

Il a su apporter une dimension philosophique à la musique telle que pratiquée dans son Thiès natal.  Son premier album ‘’Xol ak Xel’’ sorti en 2017 donne d’emblée une idée sur son orientation et son style musical. 

 Thié L’Esprit considère que l’artiste est l’une des rares personnes qui a la lourde tâche de partager de façon instantanée avec le grand public les émotions qui l’anime sur scène.

« La musique, c’est avant tout le langage et l’instrumentalité », nous a confié Ousmane Thiendella Fall de son nom à l’état civil, après sa prestation de ce samedi 11 décembre à Podor au bord du quai du fleuve.

Ce n’est pas donc le coup du hasard s’il a choisi Yèné, son morceau d’ouverture du festival pour évoquer l’absurdité de la vie.

Ces quatre jeunes talents seront à l‘honneur en mars 2022 lors de la grande finale. Un évènement qui sera retransmis en grande pompe par les chaines de télévision sous la supervision du parrain El Hadji Baba Maal. Le vainqueur aura la possibilité de découvrir la scène musicale européenne grâce à l’accompagnement de Goethe Institut dans le cadre du projet ‘’les Voix de la Terre’’.

Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :