L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir



L’INGÉNIEUR EN INFORMATIQUE SE FAISAIT PASSER POUR UN AGENT DE LA DIC

image

Ingénieur en informatique de son état, M. Tall a comparu, hier lundi, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Il EST poursuivi pour usurpation de fonction et escroquerie portant sur la somme de 86 mille francs. S’agissant des faits, la plaignante a saisi sa sœur lui disant que son téléphone portable de marque IPhone avait été volé. C’est ainsi que cette dernière l’a mis en rapport avec son ami, M. Tall, qui s’était présenté à lui comme étant un agent de la direction des investigations criminelles (Dic).

Sur ce, le mis en cause a dit à la plaignante qu’elle devait d’abord porter plainte avant de lui remettre la somme de 86 mille francs pour la géolocalisation du téléphone. Alors que les choses trainaient, la dame a décidé de porter plainte à la section de recherches. Mais le mis en cause a tenté de l’en dissuader. Attrait à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, le prévenu a rejeté les faits qui lui sont reprochés.

« Lorsque sa sœur nous a mis en contact, je lui ai clairement dit que je suis un ingénieur en informatique et mes services sont payants », s’est-il défendu. Il sera vite arrêté par le procureur qui lui a rappelé ses propos tenus lors de l’enquête préliminaire : « sa sœur lui a dit qu’elle connait une personne qui travaille à la Dic. Et quand on vous a saisi, vous lui avez demandé des renseignements sur son téléphone. Par la suite, vous lui avez dit qu’elle devait payer pour accélérer la procédure d’enquête. Vous lui avez même dit que la police ne pouvait pas opérer à cette heure. Pis, lorsqu’elle a voulu déposer une autre plainte au niveau de la section de recherches, vous l’ennuyons avez dissuadé ».

« Consultant pour la police »

« Je n’ai jamais dit que j’étais un policier. Je ne lui ai jamais envoyé de vidéo disant que je suis avec mes collègues enquêteurs du Point E », a néanmoins nié le prévenu. Avant de poursuivre : « la police m’appelle en cas de besoin. Elle m’appelle pour localiser des téléphones. Je travaille avec les commissariats de police de Dieuppeul, Grand Dakar, Point E, … Je me limite seulement à ce que la police me demande de faire ».

Invité à faire son réquisitoire dans cette affaire, le maître des poursuites a demandé au mis en cause de faire valoir ses compétences conformément à la loi. « Si vous avez des connaissances en la matière allez faire un concours pour entrer dans la police », a-t-il dit. Selon le représentant du ministère public, le prévenu avait tous les moyens de dire à la plaignante sa vraie fonction. Mais, indique-t-il, il ne l’a pas fait et il a raté tous les rendez-vous que la dame lui avait donné. C’est pour toutes ces raisons qu’il a demandé au tribunal de le déclarer coupable et de le condamner à 6 mois de prison ferme.

Prenant la parole à la suite du parquetier, l’avocat de la défense a soutenu que les délits ne sont pas constitués. « Je l’ai connu depuis plus de 5 ans. Je le vois souvent travailler avec des commissaires de police ou des commandements de la gendarmerie pour localiser des téléphones. Je ne vois pas de manœuvre frauduleuse. Il travaille avec des policiers et ça c’est clair. Il n’y a aucun élément matériel qui déduit à une escroquerie », a dit la robe noire. Pour finir, l’avocat a sollicité la relaxe au bénéfice du doute.

En rendant sa décision, la présidente du tribunal a relaxé le mis en cause du délit d’usurpation de fonction. Cependant, il a déclaré M. Tall couple du délit d’escroquerie avant de le condamner à 2 mois sursis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :