L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir



Tentative de meurtre contre Sokhna Aida Diallo: Les révélations de Me Khoureychi Ba

Le lundi 18 octobre dernier, une tentative de meurtre a été annoncée contre la veuve de Cheikh Béthio Thioune, Sokhna Aida. Moins de 24 heures plus tard, la Gendarmerie a contesté cette affirmation, parlant plutôt d’une tentative de cambriolage. Cependant, pour Me Khoureychi Ba, il y a bien eu tentative de meurtre contre Sokhna Aida. A travers son texte, il raconte ce qui s’est passé.

« La « RÉSIDENCE COFEL » de SOXNA AÏDA DIALLO sise à MADINATOUL SALAM a failli être le théâtre d’un drame sans précédent dans la nuit du dimanche 17 au lundi 18 avec la descente un peu avant l’aube d’un véritable escadron de la mort venu visiblement pour attenter à la vie de la maîtresse des lieux. Composé d’une quinzaine de membres armés jusqu’aux dents, portant des armes de poing et des fusils à pompes, très calmes, disciplinés et apparemment bien entraînés, les éléments du commando ont escaladé le mur d’enceinte dans la pure tradition des ninjas pour fondre sur les jeunes vigiles en faction à l’intérieur de la maison et les neutraliser en quelques poignées de secondes.
Bien que solidement ligotés et bâillonnés, les courageux vigiles, disciples inconditionnels du Cheikh, ont tenu bon en refusant de céder aux sévices pour confirmer la présence sur les lieux de SOKHNA AÏDA SALIOU DIALLO qui était visiblement la cible de l’opération.

Tentative d’assassinat sur Sokhna Aïda Diallo : La Gendarmerie sort du silenceSélectionné pour vous :
« Tentative d’assassinat » sur Sokhna Aïda Diallo : La Gendarmerie sort du silence
Fort heureusement le plan a foiré sur un détail bénéfique : un des jeunes avait pu s’éloigner momentanément du poste de garde pour s’approvisionner en café vers la piscine située de l’autre coté de la résidence où les dames, sous la houlette de la maîtresse des lieux, s’activaient en ces dernières heures d’avant-Gamou à la mise en place des convives du soir…
L’alerte put de ce fait être donnée alors que les éléments avancés du commando avaient déjà entrepris de s’attaquer avec leur matériel aux portes menant aux appartements privés de la résidence, rencontrant une farouche résistance dirigée de l’intérieur par l’intrépide veuve du Cheikh disparu.

Dans leur mouvement de repli, les assaillants ont encore une fois étalé leur professionnalisme, se retirant en ordre sans se presser et sans s’affoler, alors même que les riverains, alertés par un des braves garcons qui n’avait pas hésité à sauter du mur annexe de 4m de hauteur, commencaient à converger vers la résidence. Réintégrant calmement leurs véhicules, les membres de l’escadron de la mort se sont alors évaporés lâchement dans la nature en mettant à profit les dernières minutes d’obscurité.

Le miracle réside dans un fait : leur grand nombre et les méthodes d’intervention brutales n’ont juste servi qu’à démontrer leur nullité crasse puisque, au finish, malgré l’armada déployée, la logistique mise en oeuvre et l’impressionnante mise en scène (les cagoules, l’uniforme sombre, les gants, les gilets, bref tout l’attirail des tueurs), ces incapables ont buté sur un tout petit groupe de femmes et quelques garçons résolus à défendre vaille que vaille leur guide.

Aussi sans surprise le second attentat de la soirée sera perpétré, cette fois-ci en pleine célébration du Maouloud, dans la nuit du lundi 18, en expiation de l’échec de la veille. Là encore ce sont trois minables agresseurs armés qui vont être arrêtés avant même tout commencement d’exécution de leur projet funeste d’attenter à la vie de SOKHNA AÏDA. Interpellés par la foule, confiés aux gendarmes pour éviter un lynchage, ils vont pourtant être relâchés par ces derniers. Tout comme le complice supposé malade mental du commando des tueurs de la veille, remis en liberté d’autorité par les mêmes gendarmes au motif qu’il ne jouirait pas de toutes ses facultés mentales !

La communication d’influence morbide que d’aucuns veulent instaurer est d’emblée vouée a l’échec. La descente du commando serait réelle mais les intentions prêtées à ses membres seraient exagérées ! Ils seraient juste passés pour voler ! Curieux voleurs qui n’ont rien emporté, se contentant de détruire sur place les téléphones confisqués à leurs victimes en les écrasant ou les jetant dans un seau d’eau ou alors en lancant dans leur retraite le dernier à la porte du cimetière …

En réalité la preuve est faite au delà du doute raisonnable qu’il existe des motifs solides de croire que les assaillants armés qui se sont présentés à la RESIDENCE COFEEL ce dimanche 17 Octobre avaient mûri le projet criminel, concocté en un endroit déterminé par des individus bien identifiées, d’attenter à la vie de la dame SOKHNA DIALLO.
Vouloir tenter de subsumer ce projet d’assassinat à une tentative avortée de braquage ou de cambriolage est en soi une tragédie. Un cambriolage tenté par une association de malfaiteurs dans les conditions décrites et dans ces circonstances de temps, la nuit, avec les moyens employés, la logistique déployée, le monde mobilisé, avec violences, usage d’armes, de véhicules, par escalade… il faut vraiment être d’un sadisme hors-norme pour relativiser un tel comportement qui n’est, fort heureusement, justiciable que de la seule juridiction criminelle ! Allons donc !
La famille a géré cette épreuve avec sérénité et surtout un sens rare de la dignité qu’il échoit de saluer.

Chargée d’enquêter, la Section des Recherches de la Gendarmerie nationale de Saly s’est présentée ce jour sur les lieux après mon départ, prenant la suite de la brigade de Mbour. Cette affaire a livré d’emblée tous les paramètres contextuels devant conduire indubitablement à la détermination des personnes en cause et de leur degré de culpabilité par rapport au dessein criminel d’ôter lâchement la vie à une dame. Ce qui a été largement fait.

En tout état de cause les initiatives idoines et toutes les diligences requises ont été d’ores et déjà prises de concert avec mon excellent Confrère MAÎTRE BAMBA CISSÉ afin que justice soit faite. Plainte sera dûment déposée auprès de qui de droit. Pour que plus jamais les forces du Mal ne se coalisent pour nuire à un fils ou une fille de la nation nôtre. Que justice soit faite ! Sinon la Loi du Talion aura de beaux jours devant elle dans ce pays. Si le criminel à la base de ce projet d’assassinat n’est pas châtié comme il se doit, que nul ne s’étonne que cette loi finisse par nous gouverner. Hélas, à Dieu ne plaise, ce ne sera plus « oeil pour oeil dent pour dent » mais « pour un oeil les deux yeux seront crevés et pour une dent c’est toute la gueule qui sera cassée »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :