L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L’épouse d’un ex-commandant de la gendarmerie gruge une commerçante de 12 millions

 
La femme de l’ex-commandant de la brigade de la gendarmerie de Touba M. Guèye, est dans de beaux draps.
Accusée des faits d’abus de confiance portant sur la somme de 12 millions FCFA, Racky Doucouré vit en milieu carcéral avec son bébé de 8 mois depuis quelques jours.
En effet, d’après le récit de Rewmi Quotidien, la mise en cause avait acheté à crédit 100 moutons d’une valeur de 12 millions de francs auprès de la dame, Sene Ndiaye.

Ce, dans le but de les revendre à des sociétés de la place pour les besoins de la fête de la Tabaski.

Cependant, Mme Guèye devait verser un acompte de 6 millions FCFA, dès livraison du bétail, en plus d’une commission de 1,5 million de francs à sa cocontractante.

Mieux, le reste du reliquat devait être payé en deux tranches, le 5 août et 5 septembre. Le contrat conclu, Racky daigne représenter l’argent de la plaignante.

Après plusieurs mises en demeure, celle-ci dépose une plainte auprès du procureur de la République de Rufisque, le 26 août dernier.

“Elle ne m’a remis aucun sou. Elle refuse même de me prendre au téléphone. Finalement, j’ai joint son époux qui a sollicité de nouveau un délai. La date échue, il a encore sollicité un nouveau moratoire qui n’a pas été respecté. Après investigations, on m’a dit que son mari est affecté à Kolda”, fait savoir la commerçante.

Interpellée par les éléments du commissariat de Rufisque, le 3 septembre, Racky Doucouré reconnaît les faits sans ambages.

Pour se tirer d’affaire, elle argue qu’elle a vendu les moutons à des entreprises (Dakar Dem Dikk, Mairie de Mbao) qui devaient la payer entre septembre et octobre.

“Elles doivent verser une première tranche à la date du 10 septembre (ce vendredi)”, a défendu la mère de trois enfants, domiciliée à Rufisque MTOA.

Placée sous mandat de dépôt, la prévenue a été attraite hier devant le tribunal des flagrants délits de Dakar.

Mais, l’affaire a été renvoyée au 16 septembre prochain, pour comparution de la partie civile. Sur ce, Me Michel Ndong a introduit une demande de liberté provisoire qui a été rejetée par le juge.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :