L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Coups d’Etat au Mali et en Guinée : Le Sénégal dans une poudrière géostratégique !

Au Mali,le président IBK a été déchu par le Colonel Assimi Goita qui finira lui  aussi par déposer le Président  de transition Bah Ndaw et son PM. Et ce, dans un contexte de crise économique ajouté à la guerre contre le terrorisme qui occupe une bonne  partie de ce vaste territoire. La Guinée vient de lui emboiter le pas par un coup d’Etat du Colonel Mamady  Doumbouya mettant ainsi fin au régime du Président Alpha Condé. Du coup, le Sénégal se place dans une poudrière géostratégique.

La légitimité populaire avait eu  raison de la légalité précaire des pouvoirs publics aussi bien au Mali qu’en Guinée. Et en lieu et place des mouvements de foule qui auraient pu investir les rues, brûler des pneus et réclamer plus de démocratie, ce sont les militaires qui sont sortis des casernes pour être les porte-voix de ces populations désœuvrées  par des gouvernances dictatoriales et répressives.

L’on ne saurait présumer de ce que ces militaires feront de  leur volonté d’instaurer la démocratie-ce qui n’est pas évident-mais la vérité est qu’après les indépendances, l’Afrique de l’Ouest traine toujours des pieds  à cause de leurs dirigeants incapables de s’élever au-dessus des contingences.

Le Mali est en bute à une  insurrection jihadiste qui a valu à la Communauté internationale d’envoyer des troupes sous la bannière de la Minusma.Et dans la zone Sahelo-Sahélienne, les terroristes  continuent de semer le chaos et porter un rude coup à la stabilité Ouest-africaine.

Le Sénégal censé être un pays stable aura connu  des émeutes indélébiles sur l’affaire Adji Sarr. Le monde s’en était ému. Aujourd’hui, ces proches voisins qui ont connu des coups d’Etat liés à de mauvaises gouvernances donnent à penser que le pays de la teranga a intérêt à revoir sa copie sur le plan géostratégique mais également sur le plan politique.

Car,les étincelles qui ont déjà jailli de ces pays planent sur le Sénégal comme une épée de Damoclès. Et dans ce contexte de crises protéiformes (économique, jihadiste et ethnique),le pays de Senghor a intérêt à soigner ses arrières. A contrario, ce serait regrettable !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :