L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Tambacounda : deux jeunes, dont un élève de 16 ans, se tapent une mineure

Le plan est rondement mené T. Tambédou, âgé de 16 ans, récemment élargi de prison, pour vol de chevaux et son acolyte, K. Mbaye, 16 ans, élève en classe de 4éme dans un collège de la commune de Goudiry, sur des motos Jakarta, ont proposé à la fille N. Bâ (16 ans) de l’amener rendre visite à sa maman.

La vendeuse qui ne se doutait de rien, s’est dirigée à pas feutrés vers l’un des conducteurs de moto. Le Jakarta man démarre en trombe suivi de son copain. La première partie du plan ayant été exécutée à merveille, le duo décide de passer à l’étape suivante. Direction la brousse. Sur place, ils ont manifesté leur désir d’entretenir des rapports sexuels avec la petite.

Face au refus de la fille, ils la bâillonnent, la plaquent au sol, déshabillent et  dénudent la fille. Tétanisée par la peur, la fille décide de n’opposer aucune résistance. Après avoir promené leur main à tour de rôle sur sa poitrine, ils sont finalement passés à l’acte. Ils l’ont sauvagement violée, en introduisant leurs doigts dans ses parties intimes.

Mal en point, N. B se relève difficilement, enfile ses habits, rentre chez elle et raconte sa mésaventure à sa famille. L’information commence alors à se propager comme une traînée de poudre dans la capitale du Boundou. Conduite dans une structure sanitaire, la fille sera examinée et les assauts des doigts et viols répétés par la bande ont été établis, même si l’hymen est resté intact.

Selon l’Observateur, une plainte est déposée contre les mis en cause, les éléments de la brigade de la gendarmerie de Goudiry entrent dans la danse. L’enquête ouverte a permis de cravater les deux copains. Face aux enquêteurs, la fille restitue dans les moindres détails le film de sa mésaventure.

Elle précise avoir été doigtée d’abord puis violée à plusieurs reprises et à tour de rôle par T. Tambédou ct K. Mbaye qui se sont renvoyé la balle. Les deux amis ont été déférés au parquet du Tribunal de Grande instance de Tambacounda. Le magistrat instructeur qui a hérité du dossier les a placés sous mandat de dépôt à la citadelle du silence du quartier Liberté.

Devant le tribunal pour enfants, les deux accusés ont nié les faits à eux reprochés, mais c’était sans compter avec la fille qui les a formellement identifiés, en présence de son civilement responsable.

Le substitut du procureur Pape Khalil Fall est largement revenu sur les faits et les déclarations des prévenus à l’enquête préliminaire, qui se sont renvoyé la balle. Aussi a-t-il requis 5 ans de prison ferme à leur encontre.

La défense assurée par Me Amadou Lady Bâ, a battu en brèche le contenu du procès-verbal, avant de solliciter le bénéfice du doute pour ses clients. Dans son délibéré, le juge Bouna Diakhaté a condamné les prévenus à 5 ans de prison ferme pour association de malfaiteurs ct viol. En outre, ils devront allouer à la partie civile 400 000 FCFA en guise de dommages et intérêts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :