L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Célébration Tamkharit : Prières et Festins à l’occasion du début de l’année musulmane

La Tamkharit est le nom donné à la Achoura qui correspond au dixième jour du mois de Mouharram (premier mois du calendrier lunaire islamique). Fête de la bienfaisance et de la générosité envers la famille, les parents, les orphelins et les déshérités.

Pour de jeûne facultatif, la tamkharit célébrait, à l’origine, la libération des enfants d’Israël de l’oppression de Pharaon ainsi que le repentir d’Adam chassé du Paradis, le salut de Noé, d’Abraham et de Moïse sauvé des eaux du Nil, comme la sortie de Jonas du poisson.

La Tamkharit qui marque le début de l’année musulmane est une occasion de prières avec ferveur, de festin avec le « Céré bassi » mais aussi et surtout de carnaval avec le « tadiabone’ »qui constitue un grand moment d’évasion.

Cette fête est essentiellement culturelle à travers les pratiques inspirées des us et coutumes du prophète Mohamed.

Il est recommandé à l’occasion de cette fête de se maquiller le contour des yeux avec du khôl, de rendre visite aux orphelins et aux malades, de couper ses ongles… Autant de pratiques qui renvoient à la solidarité, au partage et à la compassion.

A côté de cet aspect coutumier, il y a un autre aspect très important pour les femmes à savoir la préparation du « céré bassi saleté », plat recommandé à cette fin. Ce délicieux plat à base de couscous de mil enrichi de petites boulettes de viande, de raisins secs, de haricots blancs… avec une sauce tomate à la viande.

On tue des boeufs dans les quartiers et chaque famille prend sa part pour préparer un bon couscous. Ce repas qui doit être prêt le plus tôt possible (celui qui mangerait le premier recevra les bienfaits de Dieu) est distribué en partie aux voisins et amis.

Il est recommandé durant ce festin de manger autant que faire se peut voire se gaver de « céré ». En fait, selon la coutume, celui qui ne s’est pas rassasié en cette occasion ne le sera jamais pour le restant de la nouvelle année qui pointe. La gourmandise est de fait érigée en principe. Une façon d’aiguiser les apétits et d’inciter les gens à se donner à cœur de joie au « céré ».

Les membres de la famille dans chaque concession mangent au milieu de la maison. Après le repas on fait un tas de sable là où était posé le bol. A tour de rôle chaque membre de la famille soulève le bol qu’il laisse tomber plusieurs fois sur le tas de sable en formulant ses souhaits. Après cela, une poignée de couscous est posée sur le bol qui reste renversé.

Le lendemain matin, le couscous est mélangé avec de l’eau, une bague en argent et une pierre noire. Toute la famille doit se laver la figure avec ce mélange ; cela permet selon la tradition de ne pas avoir la conjonctivite durant toute l’année nouvelle. On évite aussi que le couscous touche aux nouveau-nés, car cela leur donnerait des boutons sur le corps.

Assane SEYE-Senegal7

Senegal7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :