L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Recrudescence des cas de violences : Il faut éduquer les enfants pour que les violences cessent (Ndeye Oulimata Séne, de l’AJS)

Face à la recrudescence des cas de violences, Ndeye Oulimata Séne, de l’Association des juristes sénégalaises (Ajs) reste formel, l’éducation est la seule solution. Elle s’exprimait lors d’un atelier de formation de parajuristes de Grand Yoff sur les violences basées sur le genre (VBG). Un atelier qui entre dans le cadre du projet de contribution à la vulgarisation et à la protection des droits des femmes dans les régions de Dakar et de Thiès.

 » Il faut éduquer les enfants pour que les violences cessent. L’éducation doit commencer à la maison pour que dans la rue qu’il y ait un esprit de tolérance. Tout commence dans la famille. Si un enfant assiste tous les jours à des querelles, à des problèmes parfois ils reproduisent le même schémas. On doit commencer l’éducation à la base, dans un couple on peut tout toléré sauf la violence. On doit privilégier dans la famille, la communication, la violence détruit la personne et la famille. Une société avec violence et une société qui se dégrade » dira-t-elle.

D’ailleurs, elle souligne que les statistiques sur les cas de violences sont catastrophiques et chaque jour on assiste à des séries de violences physique, verbale, sexuelle. La dernière en date s’est produite à Keur Massar où pour une simple affaire de pièce de 100 FCFA, une personne a tué son cousin. C’était l’occasion pour moi de venir parler de ce phénomène. Les cas de violences sont fréquents et on assiste à une banalisation. Des violences se passent dans les maisons, les marchés, dans la rue. Aujourd’hui il est temps de conscientiser la population pour véhiculer des messages de paix.

 » Les bénéficiaires de cette formation vont sortir mieux outiller sur les questions des violences basées sur le genre. Elles vont par la suite servir de relais dans la société pour sensibiliser la population » a ajouté madame Sidibé.

Madame Salimata Diagne Touré, Bajenu Gox à Grand Yoff a salué l’importance de la tenue de cette formation. Elle leur a permis de comprendre beaucoup de choses sur les violences basées sur le genre et surtout les violences faites aux femmes.

Dakar24sn.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :