L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir

Arrestation du meurtrier de l’américain à Médina Baye: L’impressionnant arsenal mystique de Amadel K

Il a fallu la mise sur pied d’un vaste pool d’enquêteurs dénommé «Légion Centre Ouest» anti-braquage (Lco), dont des redoutables éléments de la Section de recherches (Sr) de Colobane, pour traquer puis débusquer le recherché et redoutable caïd, spécialiste en braquage doublé de tueur en série, Amadel K. Qui aurait assassiné l’Américain Mouhamed Cissé et blessé grièvement son papa au cours d’un cambriolage à leur domicile, sis à Médina Baye à Kaolack. Quand les hommes en bleu ont coincé le gangster en chef, ils ont saisi son arsenal constitué d’un amas de talismans, d’un fusil de marque russe «Raikel» et d’un gilet mystique bardé de gris-gris.  

Le gilet mystique bardé de gris-gris au niveau du poitrail, les talismans et le fusil de marque russe «Raikel» n’ont pu sauver le présumé meurtrier de l’Américain Mouhamed Cissé d’une arrestation,  lorsque le pool d’enquêteurs baptisé «Légion Centre Ouest» a lancé l’assaut contre lui dans la matinée du 12 janvier dernier, vers 11h. Et pourtant, Amadel K. a toujours su compter sur ses éternels «compagnons» de guerre pour réussir, en compagnie de son gang, de nombreux braquages et autres cambriolages dans plusieurs contrées reculées du pays.

Amadel vit en berger nomade en brousse dans son «windé», où il planifie ses raids et joue au «Sergent recruteur»

 Après le sanglant assassinat de l’Américain Mouhamed Cissé, Amadel était considéré comme le cerveau du cambriolage du domicile des parents du défunt par les hommes en bleu, qui avaient pu relever des indices et autres empreintes du malfaiteur en fuite. Ils montent alors un pool d’enquêteurs «Légion Centre Ouest» et lancent une vaste chasse à l’homme dans le pays. D’autant que ce dernier ne vit pas en communauté ou dans les maisons, mais plutôt en solitaire, accompagné juste de sa petite famille (son épouse et ses enfants) dans la brousse. Il adopte la vie de berger nomade et se déplace très souvent dans les confins de la brousse.

Il monte des gangs et les «renouvelle» à chaque fois que ses «lieutenants» se font prendre

Quand il arrive dans un endroit de la forêt, il dresse sa tente communément appelée «windé», où il passe la nuit avec sa progéniture et ses troupeaux de bétail volés composés de bœufs, de chevaux et de chèvres…. Il planifie tout le temps dans la brousse ses différents raids et recrute les membres de ses gangs. A chaque fois qu’un gang est démantelé par les forces de sécurité et de défense, qui sont sur ses traces, il en monte un autre.  

Le caïd tombe à Katakel alors qu’il abreuvait son troupeau

Quand le malfaiteur a appris la traque lancée contre sa personne, suite au meurtre de l’Américain, il décida de se faire discret et d’aller se terrer dans la brousse de Katakel, située dans la commune de Katior, dans le département de Kaffrine, à côté de la frontière gambienne. Mais, les hommes en bleu, qui l’avaient dans leur viseur, étaient au courant de sa présence sur les lieux et ont lancé l’assaut dans la matinée du 12 janvier dernier, vers 11h. Comme d’habitude, Amadel avait installé sa tente «windé» avec sa petite famille, et avait pâturé ses troupeaux à proximité de son quartier général (Qg). Ainsi, il s’empare d’un récipient et se dirige vers un point d’eau dans les alentours du quartier Malifara pour apporter à boire à son cheptel.

Les gendarmes embusqués de la «Légion Centre Ouest» identifient d’abord le recherché caïd et passent l’action. Mais, ce dernier sent l’étau des hommes en bleu opérant en civil, renonce et tente de rebrousser chemin. Il presse le pas et finit par détaler comme un lapin. Les pandores engagent une folle course-poursuite avec lui et le rattrapent. Ils le plaquent au sol, le maîtrisent et le conduisent à son Qg.

Les troupeaux conduits à la sous-préfecture de Katior, neuf cartouches de 12 mm saisis

 Pressé de questions, Amadel s’emmure dans le silence. Ce qui n’empêche point les gendarmes d’effectuer une minutieuse perquisition de son «windé», où ils découvrent son arsenal composé de son inséparable fusil de marque russe «Raikel» que le braqueur avait dissimulé sous un tas d’herbe, ainsi que son gilet mystique bardé de gris-gris au niveau du poitrail. Ils saisissent aussi neuf (9) cartouches de 12 mm et ses troupeaux. Les bêtes ont été d’ailleurs mises à la disposition de la sous-préfecture de la commune de Katior. 

Un «lieutenant» piège le supposé agent de renseignement des gendarmes et le livre à son chef qui le tue par pendaison avec son aide

Au rythme du démantèlement éclair de ses différents gangs de braquage, Amadel craint de passer à la trappe et soupçonne un certain Soulèye Ka d’être l’agent de renseignement (Ar) des hommes en bleu. Mais, pour avoir la peau du supposé indic, il active son «lieutenant» Birame S. et complote avec lui, histoire d’attirer Soulèye dans la brousse. Mais, face aux enquêteurs, Birame clame son innocence et affirme qu’Amadel lui a dit que Soulèye lui devait 200.000 francs, mais que ce dernier refusait de prendre ses appels téléphoniques.

Ainsi, il aurait proposé à Birame d’attirer dans la brousse Soulèye en lui disant que quelqu’un cherchait de l’aide pour retrouver ses bœufs égarés ; moyennant une commission 40.000 F. Mais, cette ligne de défense n’a pas convaincu les hommes en bleu, qui restent persuadés qu’un seul homme ne saurait tuer par pendaison Soulèye. D’où l’arrestation du nommé Birame S. pour complicité.    

«Lco»-anti-braquage a coincé les braqueurs d’une boutique de Libanais à Mbacké, à Ndoulo et «Ribot escale»

On se souvient qu’en 2015, une boutique de Libanais avait été braquée à Mbacké par des gangsters. Tout comme dans les localités de Ndoulo et de «Ribot-escale». Mais, après des investigations menées de main de maître, les enquêteurs de la «Légion Centre Ouest» (Lco) avaient réussi à démanteler tous ces gangs avant d’appréhender une vingtaine de braqueurs.

Amadel extrait de prison puis conduit à Kaolack pour l’assassinat de l’Américain

Le spécialiste en braquage et tueur en série, en détention préventive, devra être incessamment extrait de sa cellule de prison, pour être conduit à Kaolack dans l’affaire de l’assassinat de l’Américain Mouhamed Cissé.

Source LES ECHOS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'Information, un Droit, Vous Servir notre Devoir
%d blogueurs aiment cette page :